Je parlais de Jakob Nielsen dans mon précédent billet, donc je continue.
Vous connaissez, je pense, tous Jakob Nielsen (à ne pas confondre avec Leslie Nielsen, bon c'est facile mais ça me fait plaisir ;-) la pape de l’"usability" sur le web. Un de ses grands éclats, fut de dire, il y a quelques années que 99% des sites en flash étaient nuls. Bref c'était un peu comme critiquer le crayon ou le violon, avec un outil on peut faire le pire (moi au violon;-) comme le meilleur, bref aucun intérêt et très facile à démonter.
J'ai toujours lu des morceaux de ses études sur le web, mais jamais un de ces livres en entier, cette fois c'est fait. La semaine dernière j'ai acheté un de ses classiques conception de sites web, l'art de la simplicité datant de l'année 2000.
Honnêtement, on n’apprend rien, il s'agit juste de règles de bon sens déjà vu mille fois (voir les livres sur le minitel datant de 20 ans). Ce qui me fait peur avec ces gens-là, c'est qu'ils édictent des règles semblant immuables et bloquant toutes créativités et expérimentations.
Il oublie que la forme est aussi porteuse de sens et de plaisir pouvant aider à créer une expérience unique dans un site web.
Je passe bien sûr sur la piètre qualité de la mise en page de ce livre, qui en terme fonctionnel n'est pas très bonne, un comble pour un livre traitant de lecture et d'ergonomie. De plus aucune référence aux règles de lecture sur papier, et la manière dont depuis des siècles nous lisons.
Si vous voulez aussi des cours d' "usablity" vous pouvez aller sur son site web, comme contre-démonstration on ne peut pas faire mieux ;-)

Personnellement je préfère lire des livres comme the Human interface de Jef Raskin, On Game Design de Chris Crawford ou encore mieux, le sens du mouvement d’Alain Berthoz (qui en tant que neurophysiologiste, nous explique la manière dont notre cerveau anticipe les actions et le mouvement, c'est juste un livre indispensable). Ces auteurs nous font partager leurs expériences, nous ouvrent des portes et nous donnent des idées, contrairement à Nielsen qui verrouille systématiquement la création et les expérimentations avec ces règles inscrites dans le marbre que les gens vont suivre docilement.
Si vous suivez les règles de Nielsen, les sites web vont tous se ressembler (je pourrais dire "se ressemble") en perdant leur propre identité au profit d'une soit disante meilleure ergonomie...

une série de liens:

--> un lien vers le site de Yahoo expliquant leurs"patterns" aidant à créer leurs interfaces:http://developer.yahoo.com/ypatterns/

--> un lien très intéressant sur différentes théories liées à l'écriture sur le web http://www.cortexte.com/lettre/archives0.html

--> sur ce sujet un blog de référence francophone, celui de Frédéric Cavazza

... et comme je parle de design et d'ergonomie, je replace un de mes premiers billets concernant mon mémoire de fin d'étude aux arts décos.
Il s'agit de la version PDF de mon mémoire d'origine de fin d'étude à l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. J'ai écrit ce mémoire en 1988-1989, à cette époque pas si lointaine, le web n'existait pas (en tout cas sous sa forme actuelle), PhotoShop était à sa version 2, Illustrator se nommait Illustrator 88, after effect existait sous le nom de Cosa after effect, beaucoup de gens sur PC pensaient encore que l'interface graphique du Mac était un gadget, le minitel était roi en France… bref c'était le moyen âge ;-)
Ce mémoire était une tentative de faire le point sur le design graphique appliqué à l'écran et aussi d'extrapoler un peu sur l'avenir de l'interactivité dans le domaine de l'image. Il essayait en trois parties d'expliquer le principe de numérisation, la notion hypertexte et les interfaces graphiques. Il fut plutôt bien accueilli par le jury des arts décos de cette époque et c'est pourquoi je me permets de le mettre à disposition. Bien sûr, il n'est pas très bien écrit et certaines affirmations peuvent prêter à sourir, mais j'assume ; -).

--> télécharger la première partie traitant de la notion de discrétion
--> télécharger la deuxième partie traitant de la notion d'hypertexte
--> télécharger la troisième partie sur l'interface utilisateur